Rempotages

"déchets" qui se mangent... à la pêche abeille abricot agapanthes ail-ail ailleurs y s'passe quoi algues anémone arbres arOmatiques ARUM au gré du vent Aubergine Barnabé et Rosalie bestiole qui croque tout betteraves en couleur BLEUET Bombyx à bague bouquinS bourrache de mon coeur boutures c'est juste un p'tit grain ça fait du bien cadeau capucines carottes chanteurs préférés chenille chiche chicorée chouette cacahuète CITRONS citrouille & co climattitude coccinelle Cochenille et compagnie Complètement givré concombre coquillages courgette dans la serre de la dune des Asperges des figues des patates échalotes échium effet boeuf endive escargot et autre limace et Archibald de Listrec éthicoéco Etourneaux eucalyptus éveil girouette graminées Hey poulette hirondelle hortensia il était des pois iris j'aime PAS* Jean-Michel Joli coqu'licot jour feuille jour fleur jour fruit jour racine lA sAlAmAndre la sieste LE hérisson les fleurs qu'on aime les oliviers les p'tites z'astuces du jardin du vent Les z'histoires Lili la belle LuLu Dostoïevski marée Même pas peur menthe mimosas Mojennek muscaris mystère et bouldegom nectarine Oignon Orchis Ormeaux ostéoporum Papillon partenariat petits pois PIVOINE POIVRON pommes pommes potager Pouah des pucerons promesses radis recettes repiquage romarin Roses Trémières Rrrrrr scarole-batavia-laitue et cie sécheresse SOLEIL Soucis thé TOMATE tous des géraniums TOUT POILU toutes sortes d'épinards travaux d'automne tulipe...mmmh

mercredi 25 mai 2011

Une once d'avance

Et voilà une des premières conséquences du manque d'eau: il faut tirer les échalotes avant l'heure. Elles ne grossissaient plus, se desséchaient pour certaines, j'ai donc décidé de les arracher et de les faire ressuyer au soleil.




















Mon refrain ne change pas, mais je me demande vraiment si il pleuvra, un jour.
On compte déjà des pertes: un jeune saule tortueux, des bacs contenant sauge et genêt, les nectarines qui font grises mines... Je n'enlève rien, j'aime croire en la capacité de la nature à faire front et à renaître de ses cendres.

Les orchis eux, n'ont pas oublié notre rendez-vous. 


dimanche 22 mai 2011

A quoi ça ressemble le vert?

Pas à ça.
Herbe, pâquerettes, renoncules, mini géraniums, véroniques et le reste, où êtes-vous?
Pas d'eau, pas de pluie, du soleil, du vent.























On trafique avec l'eau, on range les arrosoirs près de la porte de la cuisine, on y déverse le maximum d'eau qu'on peut récupérer du quotidien. Encore plus que ce qu'on récupère d'habitude. Il faut bien arroser un peu les légumes, et essayer de sauver nos petits derniers parmi les arbres.



dimanche 15 mai 2011

Mojennek

Y s'passe des trucs cette année, c'est dingue...
Je me fais adopter par un papillon, j'arrive à faire pousser des radis, je me fais re-adopter par un autre papillon, il ne pleut pas, nada, que dalle, rien, pas une goutte en BRETAGNE!!!
Les commentaires des blogs disparaissent... J'vous l'dis, y a d'la magie dans l'air. Pourvu qu'ça dure au moins jusqu'en mai 2012 (!!!!!!!!!!!!!!!!!)
Il y a donc ce qui disparaît (mai 2012), et il y a ce qui  a p p a r a î t (mai 2011).

Vendredi, pendant que monsieur Blogger faisait un peu n'importe quoi, j'étais en train de compter mes brins d'herbes encore un peu verts, quand j'ai vu une drôle d'ombre passer. On aurait dit l'ombre d'un oiseau, mais un oiseau qui aurait eu de grandes oreilles et une longue queue... Dumbo? Ben non, Dumbo n'existe pas.
Ah le soleil et ses ravages sur nos petites têtes.
Je reprends le comptage des brins d'herbes, et revois l'ombre, plus nette, je sens même le souffle de l'air déplacé par l'engin volant. Je commence à m'inquiéter pour ma santé mentale (et vous aussi, oui oui je comprends bien), je me lève, réajuste mes lunettes, et, mais, je rêve? Je me frotte un peu les yeux (après avoir tiré mes binocles, sinon ça fait mal) et je vois une magnifique petite Dragonne qui vient de se poser entre le figuier et l'olivier.

Elle me regarde avec son air un peu taquin, genre, 
"Euh je peux rester? J'ai un cousin qui m'a dit que ça te ferait plaisir que je m'installe chez toi... J'aime assez les azalées et tu n'en as pas, mais je veux bien me contenter de ce magnifique romarin de la pointe du Raz"
"Ah tu connais le romarin de la pointe du Raz? Cultivée comme Dragonne, euh oui je te fais une place dans mon jardin avec plaisir, tu fais juste attention à ne pas y mettre le feu, t'es gentille."

Et voilà comment une Dragonne est entrée dans ma vie. Elle ne se souvenait plus de son nom, alors on l'a baptisée Mojennek, en breton, ça veut dire fabuleux.



















Il y a encore des êtres assez généreux pour partager leur folie et offrir une bonne part de rêve, merci P.

vendredi 13 mai 2011

Butterfly

Dans une autre vie, je devais être un papillon. 
Cette Aurore-là, s'est posée sur moi, dehors. Elle m'a accompagnée dans la maison à la recherche de mon appareil photo. J'ai tout de suite pris quelques clichés à l'intérieur, pensant que notre histoire s'arrêterait là.








































J'avais l'air à son goût, alors on est parti prendre l'air bras-dessus, aile-dessous




Allez, salut petite fée de ma journée, va plutôt butiner un bouton d'or, à la prochaine


Le dernier

Au début, on avait deux carrés (début 2003)











Très vite, on en a installé un troisième (fin du printemps 2003)








Très convaincu, on affirmait haut et fort qu'il s'agissait du dernier...jusqu'à celui-ci (automne 2006)


Et puis, prenant sérieusement goût à la culture des légumes, il était devenu indispensable d'investir dans une serre (mars 2009)

Mais après c'est tout, hein! Oui oui oui, ça devrait aller... quoique si on refaisait un (petit) carré en haut, près des pins? Il y a déjà les artichauts, et on pourrait remettre quelques salades, et des haricots... Sinon il faut attendre d'avoir récolté les patates. NON? Ah, j'avais mal compris (le week-end dernier)


Mais bon après c'est tout, hein

dimanche 8 mai 2011

Le vent

Ne rien laisser traîner. Penser à tout protéger. Bien empiler les chaises. Suspendre le linge avec beaucoup, beaucoup de pinces à linge. Attacher les pivoines. Ranger les arrosoirs. N'ouvrir qu'une fenêtre à la fois. Couvrir son cou. Fermer les yeux à cause du sable.
Le vent est revenu, presque un vent d'hiver, fort, froid, qui électrise la lumière.
Et nous qui étions déjà en été. 
Tatata. Pas si vite. 
Pas facile pour nos êtres déjà habitués à revivre dehors, pas facile pour les poilus qui préfèrent de loin la sieste au soleil, pas facile pour la végétation qui se fait roussir aux encoignures par l'air cinglant.

Pour lui montrer que nous on n'y croit pas à son retour, on a cueilli les premiers petits pois. Et voilà!
Ils ont participé à l'élaboration d'une tajine divine inspirée d'une idée de Tifenn

jeudi 5 mai 2011

Et si vous étiez une salade

Qui s'est déjà mis à la place d'une salade (peu importe la salade)? Qui a déjà réellement imaginé ce que peut être la vie d'une SALADE?













Je vous passe l'étape graine, germination, cotylédons, déjà ça c'est tout une histoire. Mais ensuite?
Ensuite, ce sont quatre ou cinq petites feuilles fragiles, suspendues à un fil de racine qui se retrouvent en pleine lumière en proie à toutes les attaques météorologiques et gastéropodologiques. 
L'horreur.
A chaque instant, il faut s'accrocher pour résister au vent, se serrer feuille à feuille pour ne pas être transpercée par la pluie, respirer à pleine chlorophylle pour ne pas se faire roussir par le soleil...
On grandit. On étoffe son feuillage, on le resserre et le superpose du mieux qu'on peut afin de faire barrage aux limaçons, pucerons et autres bestioles en -on, qui tentent toujours de s'immiscer jusqu'à son coeur.
Enfin, on est belle à croquer, on fait sa rose, on se trémousse, on se dit qu'on va faire les plus belles fleurs du carré, on s.... fait trancher le tronc d'un coup sec, net et précis. 
Fatal.
Tout ça pour être détricotée, accommodée de diverses vinaigrettes et dévorée sans scrupules par un être qui nous croit dénuée de toute sensibilité.


Et, qu'est-ce qu'on mange avec cette bonne salade?

Feuille de brick surprise.

Aujourd'hui, on met dedans:

2 quartiers de poire, 2 tranches de bûche de chèvre,  2 rondelles de tomates (fraîches ou séchées), 1 champignon de Paris tranché, 3 petits morceaux de mozzarella, un mélange de ciboulette/persil/basilic.

On ferme, on plie, on fait comme on veut, on glisse 10 à 15 minutes au four.

On dépose un petit paquet à côté de la salade et on oublie tout ce qu'on a lu plus haut.
Ou pas.

Le sol de notre bout de dune


























PS: je ne vous ai parlé que de la salade domestique. Sa vie est plutôt peinarde, même si la fin est tragique.
Ayons une petite pensée pour la salade industrielle.
Soumise aux mêmes évènements que sa cousine de nos jardins, elle doit en plus supporter la promiscuité de ses consoeurs d'élevage. Entre son arrachement cruel du champ dans lequel malgré tout, elle s'épanouissait et l'étape vinaigrette, elle doit aussi encaisser les voyages en tracteur, en camion, les chambres froides, les douches de javel et j'en passe.
MIAM.

dimanche 1 mai 2011

Plic ploc

























La pluie. Enfin. 15 mm entre 18h hier et ce matin. C'est pas énorme, mais c'est déjà ça. Depuis le 28 mars (10mm), on l'attendait. Alors aujourd'hui, tout le monde chante, d'autant que le soleil brille à nouveau.


















J'avais oublié de vous dire qu'on hébergeait les ours de Boucle d'Or, d'où les tailles des salades













Les pommes de terre et les échalotes ont apprécié ce petit rafraîchissement bienvenu  


Et ce soir, on mange des radis!!! Oui oui oui!!!! Mes presque premiers radis en huit ans de jardin, un exploit.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Autour du feu